L’île de Madère revêt une telle diversité de paysages qu’il est bien difficile de ne pas tomber sous son charme. Si vous souhaitez passer des vacances « nature » où se côtoient mer et montagne, cette île est faite pour vous ! Véritable paradis naturel, l’île de Madère offre une végétation exubérante, des montagnes volcaniques sculptées par l’érosion et des villages typiques et colorés. Que l’on aime ce contraste entre le vert des cimes, le bleu profond de l’océan et les façades blanches des maisons et leurs tuiles rouges. Et après avoir arpenté des montagnes abruptes et découvert des panoramas fabuleux, imaginez-vous barbotant dans une des piscines naturelles et lézardant sur les rochers ! De São Lourenço, presqu’île sauvage jusqu’au sommet du Pico Ruivo, point culminant de l’île, on vous emmène entre mer et montagne, entre végétation luxuriante et reliefs dénudés…

Balade dans le Caldeirão Verde au cœur de la forêt Laurifère dans une verdure luxuriante où les arbres s'entrelacent en créant une atmosphère pleine de mystères

Le Caldeirão Verde‎, une végétation luxuriante

Difficile d’imaginer un voyage à Madère sans une immersion dans les forêts denses qui recouvrent l’île… La randonnée dans le Caldeirão Verde (le cirque vert) compte parmi les randonnées les plus spectaculaires de l’île. Au fil du temps, l’eau a forgé des gorges imposantes. Elle est aussi à l’origine d’une végétation semblable à une jungle. Après être passés devant la maisonnette de Santana au toit de chaume nous sommes immédiatement happés par la verdure luxuriante de cette forêt subtropicale humide. On se balade au cœur de la forêt Laurifère (la Laurisilva) inscrite au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. Ici, les fougères sont reines et les lauriers rois, les arbres s’entrelacent en créant une atmosphère pleine de mystères… Mais de quelle manière les arbres et arbustes parviennent-ils à pousser en s’agrippant à la falaise ? Dans ce monde végétal fantasmagorique, l’eau en provenance de la roche ruisselle sur les murs végétaux et l’humidité ambiante perle sur notre peau. On se croirait « Seul au monde » un peu comme Chuck Noland (et son ballon Wilson) mais en tendant l’oreille, on entend distinctement le clapotis de l’eau, le frottement des feuilles bercées par le vent et le chant de quelques oiseaux… Tous nos sens sont en éveil ! On franchit une petite gorge par un pont où une cascade tombe depuis une hauteur de 50 mètres. Le lit de la rivière franchi, quelques passages vertigineux nous attendent partiellement cachés par le mur de végétation. Puis, le parcours offre de nouvelles surprises… Il faut franchir plusieurs tunnels bas, étroits et bien sûr humides (lampes torches impératives !). On prend le temps d’apprécier l’odeur de la terre mouillée et la senteur des lauriers. On débouche enfin dans un cirque impressionnant aux parois montant à la verticale vers le ciel. Une magnifique cascade de 70 mètres de haut tombe au cœur du « Chaudron vert ». La baignade est possible pour ceux qui ne craignent pas l’eau fraîche !

Le Centre des Maisons Traditionnelles à Santana est une zone de conservation du patrimoine local avec de mignonnes chaumières colorées aux toits pointus

Le Centre des Maisons Traditionnelles à Santana

Le long de la côte Nord de l’île se trouve la petite ville de Santana nichée entre mer et montagne. Santana se démarque des autres villes de Madère car on y trouve de mignonnes petites chaumières colorées avec des toits pointus en chaume… Elles sont le reflet d’une époque (pas si lointaine) où cette forme de construction était le seul moyen de résister au vent du nord souvent humide et froid. Ces drôles de maisons typiques de Santana (les « Casinhas de Santana ») aussi appelées « palheiros » (greniers à foins) ont des murs blancs avec des portes rouges et des encadrements bleus. Disséminées dans toute la ville, certaines sont mieux conservées que d’autres… Le Centre des Maisons Traditionnelles à Santana est une zone de conservation, agrandie par la municipalité, en mémoire du patrimoine local. La plupart de ces maisons sont des attractions touristiques mais elles sont très photogéniques ! Il est nécessaire de s’aventurer à l’intérieur de la ville pour en trouver d’authentiques, où vivent encore des gens. Néanmoins, très souvent, il ne s’agit plus de la résidence principale. Cette maison traditionnelle se compose d’un rez-de-chaussée habitable, généralement une pièce à vivre divisée en deux parties. Le grenier servait, quant à lui, à conserver les produits agricoles. La façade est souvent en pierre, alors que les plus anciennes maisons ont une façade de bois car elles avaient été conçues pour pouvoir être déplacées. Les habitants étaient des agriculteurs pauvres et quand ils changeaient d’employeur, ils partaient en emportant leur maison sur le dos, à l’aide de perches et de dizaines d’hommes… Le toit de chaume doit être remplacé tous les quatre ou cinq ans. L’opération la plus compliquée consiste à élaborer les « empenhas » (les bords, côté façade) et la « cumeeira » (le haut de la couverture). La maison redevient alors confortable et résistante aux hivers ! Un « maranho » (fagot) de paille coûte actuellement environ 10 euros et pour couvrir une maison il en faut jusqu’à une centaine…

La péninsule de São Lourenço, d’origine volcanique, est sauvage. L’absence d’arbres a permis le développement d’une végétation rase qui contraste avec le bleu de l’océan

La péninsule de São Lourenço

Située à l’extrême Est de Madère, balayée par les vents et quasiment dépourvue de végétation, la Ponta de São Lourenço (Pointe de Saint-Laurent) ne ressemble à aucun autre endroit de l’île. Cette pointe porte le nom de la caravelle de João Gonçalves de Zarco, l’un des trois explorateurs, découvreurs de l’île de Madère. La petite histoire raconte qu’en s’approchant de cet endroit, l’explorateur João Gonçalves de Zarco aurait crié du haut du navire :

« Ó São Lourenço, chega! » (Ho São Lourenço, halte-là !) »

La randonnée de São Lourenço, qui suit la péninsule dans sa longueur, est un parcours très prisé car ce paysage rocheux battu par les vents forts contraste totalement avec les chemins verts des levadas: ici le labyrinthe végétal aux différentes nuances de vert a laissé place à une terre aride et déserte majoritairement de couleurs ocre et rouge. On a l’impression de se rendre un peu au bout du monde dans cette réserve naturelle de Ponta da São Lourenço créée en 1982 ! Le climat semi-aride et l’exposition de la péninsule aux vents du nord explique l’absence d’arbres et a permis le développement d’une végétation rase et souvent endémique (31 espèces endémiques sont répertoriées à ce jour). En promenant votre regard sur la presqu’ile jusqu’au Pico do Furado, vous remarquerez un rocher percé d’une ouverture circulaire au-dessus des flots. Tout au bout « Là-bas / Où tout est neuf et tout est sauvage / Libre continent sans grillage », c’est votre destination: le Cais do Sardinha. Le sentier permet de découvrir une côte sauvage et très découpée. Des falaises volcaniques teintées de couleurs noire, rouge et ocre plongent dans l’océan agité tandis que des rochers aux pointes acérées et aux formes étranges semblent émerger de l’océan ! La péninsule est d’origine volcanique, en grande partie basaltique mais on trouve également des formations de sédiments calcaires. On progresse sur la presqu’île en direction du Pico do Furado d’où l’on bénéficie d’une vue à 360°. Tout d’abord la vue sur les deux ilots, séparés de la pointe par quelques centaines de mètres: l’île de Cevada (Ilhéu da Cevada) et l’îlot de Farol (Ilhéu de Farol). Ce dernier est surmonté d’un phare, « le farol », construit en 1870 (le plus vieux phare de Madère). A l’horizon, l’île de Porto Santo se devine vers le nord, de même que les Ilhas Desertas ou îles Desertas (l’îlot Chao, l’île Bugio et Deserta Grande) au Sud-Est.

Pico de Arrieiro, les nuages entourent les cimes dans du coton

Une route panoramique nous mène au cœur du monde montagneux de l’île, au Pico do Arieiro, le troisième sommet avec ses 1818 mètres d’altitude. De là part un sentier spectaculaire qui relie les trois sommets les plus élevés de Madère: le Pico das Torres (1851 mètres) et le Pico Ruivo, culminant à 1862 mètres d’altitude. On commence par descendre au milieu des grappes de fleurs violettes de vipérine de Madère et des genêts. On rejoint alors le Miradouro Ninho da Manta (« Nid de la buse ») qui offre une vue superbe sur la vallée de Fajã de Nogueira. Le chemin est entièrement dallé de bout en bout et comporte des passage de tunnels ainsi que des escaliers taillés dans la roche. On longe des précipices dont seule une corde accrochée à des piquets nous sépare. Bien que le parcours soit bien sécurisé, il est à éviter pour les personnes sujettes au vertige ! Le sentier serpente dans la roche et de beaux panoramas défilent au fur et à mesure de notre progression. Nous arrivons finalement au belvédère du Pico Ruivo, qui offre une fabuleuse et imprenable vue sur les sommets voisins. Par temps clair, vous pouvez même avoir une vision de 360° sur l´île et apercevoir la Vallée des Nonnes, l´ île de Porto Santo, les îles Désertas et la Ponta de São Lourenço, entres autres. C’était sans compter sur les nuages qui voilent partiellement les panoramas ! Pour cette randonnée, il vaut mieux se lever tôt, car souvent, les nuages commencent à entourer les cimes dans du coton vers midi… S’il fait presque toujours beau à Funchal et sur l’ensemble de la côte Sud, il est fréquent que l’intérieur de l’île soit plongé dans le brouillard et que la côte Nord soit sous les nuages et la pluie…

Porto Moniz et ses piscines naturelles

Porto Moniz est une charmante petite ville perchée sur la pointe Nord-Ouest de Madère, réputée pour ses piscines naturelles, formées par la lave volcanique où la mer entre naturellement. Les piscines naturelles sont formées à partir de roche noire basaltique et elle sont alimentées par les puissantes vagues de l’océan Atlantique. Il existe deux endroits distincts pour ces piscines d’eau de mer; le premier est un endroit où les piscines sont complètement naturelles avec des rochers pointus et une vue sur l’île Ilheu Mole. Le basalte noir composant ces piscines est tranchant et glissant, ce qui ne pardonne pas si vous trébuchez… Le second endroit est un emplacement où les piscines d’eau de mer ont été aménagées par l’homme (Piscinas Naturais do Porto Moniz). Ce dernier est plus sûr pour la natation (surtout pour les enfants) et la baignade y est surveillée par des maitres-nageurs. Porto Moniz est un endroit exceptionnel pour passer une longue après-midi à se détendre en nageant dans les piscines et en marchant vers l’un des points de vue en altitude comme le Mirador de Santa qui offre une vue imprenable sur la ville et son littoral. A ne pas manquer non plus, le fort historique de João Batista, édifié en 1730 à partir des roches de basalte, afin de se protéger des attaques des pirates. Il a été restauré pour devenir l’aquarium de Madère, avec plus de 70 espèces de poissons de l’archipel.


Si vous aimez cet article, n’hésitez pas à le partager et à l’épingler sur Pinterest !

leo Praesent libero elit. ut dolor