Crikey !

Plus on remonte au nord, plus il fait chaud… Serait-ce une hallucination due à la chaleur ? On se demande qui regarde qui, chacun étant une curiosité pour l’autre: un kangourou roux nous observe placidement. Un peu plus loin, un capricorne se la coule douce en profitant du soleil des tropiques ! Bon, il est grand temps que l’on arrive à notre prochaine étape: Ningaloo Reef

Kangourou roux

Kangourou roux

Avant de partir en Australie, tout le monde rêve de la Grande Barrière de Corail, qui longe la côte est de l’Australie. Et si on vous disait que la côte ouest a, elle aussi, sa propre barrière de corail, tout aussi belle, moins connue, et beaucoup plus accessible ? Sur le papier, Ningaloo Reef peut sembler modeste: le récif s’étend sur approximativement 300 kms de long entre Coral Bay et Exmouth. Ok je vous l’accorde, ce n’est rien en comparaison de l’immense étendue de la Grande Barrière de la côte est, de près de 2600 kms de long mais cette barrière corallienne ouest se révèle étonnamment accessible car par endroits: la barrière est à 100m seulement au large de la péninsule… Une fois les palmes aux pieds, le masque au visage et le tuba entre les dents, plonger la tête sous l’eau cristalline révèle rapidement que la petitesse toute relative de Ningaloo n’entame en rien l’extravagance de ses richesses naturelles : 250 espèces de coraux et des lits de sable blanc servent de toile de fond au ballet quotidien de myriades de poissons colorés, de tortues, de dauphins, de raies et de requins qui fréquentent les lieux.

Ningaloo Coast

Ningaloo Coast

Tout ce temps passé à l’eau ou sous l’eau ne doit pas faire oublier ce qui se trouve sur la terre ferme ! Près d’Exmouth se situe le parc national de Cape Range, un site où l’outback et l’océan se sont donnés rendez-vous – On s’était dit rendez-vous dans 10 ans / Même jour, même heure, même port (« Place des grands hommes » – P. Bruel). Et la rencontre est carrément magique ! Des sommets calcaires entaillés de profondes gorges rocailleuses et rougeoyantes au fond desquelles serpente une rivière finissant sa course directement dans l’océan indien: bienvenus à Yardie Creek Gorge. Je ne sais pas pour vous mais tout ça m’émeut beaucoup ! Hé oui, le paysage aride du parc est le refuge de hordes d’émeus, de kangourous ainsi que d’une grande variété d’oiseaux dont les cacatoès corellas et les rapaces ne sont que quelques représentants. Dans les gorges, les plus observateurs discerneront peut-être la silhouette sombre des rock-wallabies, petits cousins du kangourou spécialement adaptés à la vie à flanc de falaise, un environnement difficile au sein duquel ils font preuve d’une agilité surprenante. Pour notre part, l’observation s’est avérée vaine…

Mais exit les escapades côtières (enfin pour le moment), retour dans le Back o’ Bourke, avec la découverte du parc national de Karijini, une sorte d’oasis en plein désert. Avec ses étroites et spectaculaires gorges rouges au fond desquelles se cachent de magnifiques piscines naturelles et ses chutes d’eau, ce parc national s’étend, au sein des monts Hamersley, sur une surface de 6 274 km² (pour vous donner une idée c’est la taille du département de Seine-Maritime). Il s’agit du second parc national d’Australie en superficie. Bien, c’est super grand… mais aussi très isolé. La ville la plus proche, à 80 kms environ, est une petite ville minière appelée Tom Price, qui compte moins de 3 000 habitants. Juste au sud du parc se trouve d’ailleurs l’immense mine de fer de Marandoo… ce qui fait que la ville de Tom Price est envahie de mineurs !

Karijini National Park

Karijini National Park – Dale Gorge

Le paysage autour des gorges regorge (hé, hé) de spinifex, d’eucalyptus au tronc très blanc contrastant avec le rouge de la terre, et d’acacias. Le parc est propice à la randonnée, à l’observation de la faune et de la flore, à la photographie, et même à la natation (gloups)… On peut grimper, nager ou simplement regarder dans les profondeurs des gouffres de 100 mètres de haut, qui révèlent des milliards d’années d’histoire de la Terre et quelques-unes des plus vieilles roches de la planète. Alors, êtes-vous prêts en cette belle journée ensoleillée à Karijini, à suivre les sentiers balisés, descendre dans les gorges caverneuses et vous rafraîchir dans les piscines ou sous les cascades ? Une randonnée facile dans Dales Gorge : commencez par descendre au pied de Fortescue Falls, puis marchez  aux confins de la gorge jusqu’à atteindre Circular Pool. En chemin, vous aurez peut-être les pieds dans l’eau à certains passages, mais qu’importe, c’est l’aventure !

Allez, un peu plus sportif maintenant… Hancock gorge qui commence par une descente abrupte qui se fait en partie par des échelles… puis il faut franchir une première piscine d’eau froide, très froide même – allez, enlevez vos chaussures et n’ayez pas peur d’avoir de l’eau jusqu’au… tout dépend de votre taille, les plus grands sont avantagés c’est sûr ! – pour arriver à l’Amphithéâtre. Vous croyez être au bout de votre calvaire… et bien non, il vous reste à franchir la glissante Spider walk (marche sur les rebords de la paroi): Spiderman. Spiderman / Does whatever a spider can /Spins a web. Any size / Catches thieves. Just like flies /
Look out! Here comes the Spiderman! Tout ça pour atteindre la sublime Kermits pool… et dire qu’il va falloir faire le trajet du retour par le même chemin !

Karijini National Park

Karijini National Park – Hamersley gorge

Bon, après toutes ces émotions, nous méritons bien un peu de repos à Hamersley gorge, située au nord-ouest du parc: chutes d’eau et piscines naturelles propices à la baignade… tout ce qu’il faut pour terminer cette journée ensoleillée dans un cadre naturel à couper le souffle. D’ailleurs, nous ne sommes pas les seuls à profiter des joies de l’eau au crépuscule… un cacatoès rosalbin s’adonne lui aussi au plaisir des jeux d’eau sous l’œil hautain d’un ibis sacré (pourtant il connaît certainement la règle du « je » ?) qui ne fait que passer par là…

Catch ya later on the coast again !

eleifend dictum Curabitur venenatis ante. Praesent massa ut velit, fringilla justo